* Une histoire d’orientation

Pour bien comprendre cette étude il faut d’abord maîtriser une règle d’orthographe que vous trouverez expliquée sur le lien suivant :

https://www.projet-voltaire.fr/regles-orthographe/l-ouest-ou-l-ouest/

Maintenant que vous la connaissez, nous allons vérifier si cette règle est correctement appliquée pour tous les mots « sud » que l’on trouve dans LVL Celtique :

Sud

sud

2-1499-126154

*****

14 c’est-à-dire, au nord de cette immense forêt, depuis le Rhin jusqu’à l’Oder et peut-être même au delà ; et de plus, ils possédaient la rive gauche du Danube qui coule au Sud de la même forêt.

99 Les Maures, relativement à la chicane, n’ont rien à envier aux habitants de la Grande Kabylie du Sud de l’Atlas.

126 Les Ibères, en s’établissant dans le Sud-Ouest de l’Europe,

154 Au Sud du Morbihan, près des côtes de la mer,

83-158-163-187-227-230-235-236-238-239-239-273-290-295-302-304-305

*****

163 On en a trouvé ( menirs ) dans cinquante-huit de nos départements, appartenant pour la plupart aux régions de l’ouest et du sud-ouest.

L’analyse des erreurs commises ( repérée en rouge ) permet de comprendre plusieurs choses.

La première est que si le Sud est concerné, c’est particulièrement la direction sud-ouest dont l’abbé parle ( voir pages 126 et 163 ).

La deuxième est que chaque erreur se trouve proche d’un autre mot mis en majuscules. On trouve ainsi les mots Danube, Ibères mais aussi les mots Maures et Morbihan qui contiennent la même racine « Mor » .Ces différentes lettres se trouvent dans le mot MIDI qui nous le verrons, possède un lien direct avec le SUD .

Avant d’expliquer la notion de Midi/midi, relisez attentivement le paragraphe suivant, extrait de la page 238 qui concerne « le sud » et comparer le au tableau précédent .

Page 238 : Du haut de la crête qui porte les roulers, en regardant vers le sud, on voit se dessiner une longue ligne de roches aiguës de toutes forme et de toutes dimensions, bien orientée, d’ailleurs, du levant au couchant, et s’étendant depuis le Col de la Sals jusques et au delà de la Blanque .Le nombre des aiguilles naturelles y est considérable ; néanmoins, au milieu d’elles, une multitude d’autres roches taillées en pointe sont redressées par la main de l’homme, et constituent de vrais ménirs..

* Une histoire de Milieu

Le mot « Midi » signifie à la fois la mi-journée (du vieux français mi « milieu » et di, du latin dies « jour ») et le sud, que ce soit en France ou dans le reste de l’hémisphère nord car la position du soleil à midi est au sud.

Ici aussi une orthographe particulière est à respecter. On en retrouve la règle sur le lien suivant :

https://www.lefigaro.fr/langue-francaise/expressions-francaises/2018/07/05/37003-20180705ARTFIG00036-il-habite-dans-le-midi-ou-midi-ne-faites-plus-la-faute.php

Pour résumer , si l’on parle « du milieu de quelque chose »( pour reprendre l’expression de l’article ) ici le milieu de la journée, alors on utilise une minuscule . Par contre si il est question du Sud de la France, on utilise une majuscule. Voyons ce qui se passe dans LVL Celtique :

Midi

midi

4-15-123-194-211

« Le matin, goïza » ; ………..

« Midi, eghuerdi » ; moment où cesse la croissance de la lumière solaire et où commence sa décroissance …….

« Le soir, arratxa » ; ………

13-22-106-109-187-188-189-189-193-210-226-237-282-305

midi de la Gaule/Gaulois

L’erreur sur la majuscule est unique et l’abbé Boudet la met bien en évidence en notant différemment le matin et le soir. Il y parle bien du milieu de la journée et il n’est donc pas question du Sud.

Dans le cas des minuscules l’erreur est systématique sur « le midi de la Gaule » , pourtant l’abbé sait très bien l’orthographier car il ne commet pas de faute quand en page 15 il parle du Midi de la France.

On peut remarquer que deux pages ne sont pas concernées par « le midi de la Gaule » , ce sont les pages 226 et 237  :

page 226 :Cependant, un autre drunemeton ou cromleck central était nécessaire dans le midi ;

page 237 :A droite des roulers, en se plaçant vers le midi, l’œil peut suivre les contours de la crête qui enserre le ruisseau de trinque-bouteille, et se perd insensiblement dans les terres de l’Homme mort.

Ces pages ont un point commun , elles parlent toutes deux « de menirs »qui se trouvent soit dans un cromleck ,soit à côté des roulers.

* Le lien

L’étude des mots Sud et Midi a permis de constater le lien évident entre les deux mots, mais aussi que l’abbé connaissait les règles d’orthographes que l’on doit appliquer dans ces deux cas. Les erreurs qu’il a placées permettent de comprendre que le lieu concerné est celui où se trouve les roulers , et c’est en regardant le sud-ouest que se trouve la solution. Déjà dans le texte il nous l’indique car en page 238 il nous invite à regarder au-delà de la Blanque c’est-à-dire vers le sud-ouest.

« L’œil peut suivre » et « en regardant » sont des expressions qui prendront tout leur sens dans ma prochaine étude, mais que l’on se trouve au niveau du fauteuil du Diable ( dans le cas du grand parchemin ) ou près des roulers ( dans le cas de LVL Celtique ) , c’est dans la direction sud-ouest que se trouvent d’abord LavalDieu puis la serre Mijane.

* Mijane=Milieu

Récemment vous avez découvert dans l’étude Sacaze la signification de Mijane ( https://recharc.fr/etude-sacaze/ : voir Saint just ) ou l’on peut lire :

7 collines et coteaux : serre mijeanne ou serro mijano ou du milieu.

Un autre lien permet de comprendre la signification de Mijane :

https://territoires-fr.fr/glossaire_noms_lieux.pdf

En page 314/519 pdf, il est expliqué que Mijan ou Mijane signifie « au milieu » dans le Languedoc . Alors comment pourrait-on imaginer que l’abbé Boudet pour qui l’étymologie est une passion ne le sache pas ?

* En conclusion

Cette étude montre comment l’abbé Boudet utilise la notion sud/milieu afin de nous faire comprendre dans quelle direction il faut re-garder. Dans une étude appelée « Kaïrolo 2 »,j’expliquerai prochainement l’importance du mot « garder » ,et comment il se trouve lié aux roulers. Vous comprendrez que le texte du grand parchemin suit ce fil conducteur, que l’on retrouve du début jusqu’à la fin :

– Les bergères, gardiennes du troupeau

– gardent

-gardien

– pommes

-bleues

Je sais que seul l’abbé Boudet possède la connaissance, l’intelligence et la subtilité pour faire passer cette information, et c’est pour cette raison que je pense qu’il fut l’auteur des deux parchemins .