Il est maintenant temps d’expliquer pourquoi l’abbé Boudet découpa le texte du petit parchemin afin de faire apparaître le mot SION. Seul un prêtre passionné de linguistique pouvait proposer un tel mot, c’est ce que nous allons constater.

* Boudet étymologiste

Si vous avez lu sérieusement les différentes études que j’ai publiées, vous ne pouvez que conclure que LVL Celtique « est intimement liée » à LavalDieu, le seul lieu du cromleck dont l’abbé ne parle pas dans son livre.

L’abbé s’est donc renseigné sur l’étymologie de ce hameau et a découvert deux anciennes appellations , PICKAYROL et PICHAYROL qui lui ont donné l’idée de créer la kaïrolo (https://recharc.fr/la-kairolo/ ) . Mais il a aussi consulté le livre de Sabarthes consacré aux étymologies des villages de l’Aude et c’est ainsi qu’il a pu lire ceci :

On constate que pendant une longue période ( 1195 à 1500 ) LavalDieu s’est appelé la grange ou la maison « de la bénédiction de Dieu ».

* Boudet le prêtre

L’abbé était un homme très cultivé, passionné par la bible et notamment par l’ancien testament, il suffit de lire LVL Celtique pour le vérifier. Il connaissait la signification du mot SION que vous pouvez découvrir sur internet en faisant une recherche sur ce mot. Ainsi l’article appelé « Sion (Bible) de wikipédia » qui apparaît en deuxième position, juste après SION(Valais) explique :

Dans la Bible, Sion désigne à la fois des lieux géographiques et tout ce qui personnifie la présence et la bénédiction de Dieu.

Sion désigne divers lieux géographiques, tels que la forteresse des Jébuséens (voir 2 S 5:6,7), la cité de David (1R 8,1 ; 2Ch 5,2), le sanctuaire de l’Éternel (Ps 20,3), la montagne sainte de Dieu (Ps 74,2), la ville de Jérusalem (2 R 19:31).

Dans le langage figuratif, Sion est l’emblème de la présence et de la bénédiction de Dieu (voir Ps 128,5 ; Ps 132,13 ; Es 8,18 ; Es 24,23 ; He 12,22 ; Ap 14,1). Sion peut désigner à la fois tout lieu qui bénéficie de la présence divine (voir Ps 9,12 ; Ps 48,2-3 ; Ps 110,2 ; Es 28,16 ; Es 59,20 ; He 12,22 ; Ap 14,1) et le peuple de Dieu (Ps 78,68 ; Es 51,16).

Dans LVL Celtique c’est par exemple le mont du Sinaï où l’on trouve la définition de « to lay ».Le mont Sion est une des collines de Jérusalem, située au Sud-Ouest de la vieille ville.

* Boudet et LavalDieu

L’abbé a certainement très vite fait le lien entre la grange de la bénédiction Dieu et la bénédiction de Dieu c’est-à-dire SION. Plantard/PdC n’avaient pas cette culture, et la seule chose qu’ils ont été capables de faire, c’est comme à leur habitude de détourner le document qu’ils avaient obtenus afin de le mettre au service de leurs délires « pseudo-dynastico-hermétiques ».

* God bless you ..

Nous connaissons maintenant l’origine du mot SION qui représente la bénédiction de Dieu de la même façon que LavalDieu signifiait aussi la bénédiction de Dieu. Mais l’abbé Boudet confirme toujours, je le connais maintenant assez bien pour « le fréquenter si souvent » lors de mes lectures.

C’est dans le choix du mot « BLES » qu’il le fera. Ce mot muni d’un accent signifie « les blés » en français, par contre il n’a pas de signification en latin. Cependant si nous devions le lire en latin , nous le prononcerions « bless », de la même façon que « redis » se dit « rediss ».

To bless » signifie en anglais bénir, glorifier et c’est donc logiquement qu’il le placera en face de SION : bénir se trouve ainsi en face de bénédiction.

Mais l’abbé Boudet est un homme rigoureux et cette lettre « S » manquante n’a pas dû lui convenir. Alors il a découpé ce texte et placé le mot « BLES » de façon à ce que le mot suivant puisse complètement expliquer cette traduction, tout en gardant la logique de l’énigme.

Le mot suivant est « CUMERANT », et donc le dernier mot « BLES » de l’antépénultième ligne se trouve suivit du premier mot de la pénultième ligne « CUM ».C’est par ce mot qu’une direction très importante est expliquée, elle est particulièrement mise en évidence dans LVL Celtique, c’est la direction Sud-Ouest ( https://recharc.fr/sud-ou-sud-milieu-ou-milieu/ ) .

Pour résumer ( https://recharc.fr/dalle-2/ ) , par la flèche double le Prae-Cum s’applique sur le P-S, donnant ainsi O-S , et étant donné que ce P-S est directement lié au Secundo-Primo qui fait référence à une position, il faut intervertir l’ordre des lettres pour retrouver l’orientation S.O c’est-à-dire Sud-Ouest, l’orientation du Prieuré à SION. L’idée est simple, l’abbé reprend la logique de cette direction , le CUM s’applique sur S, donc « avec S » , ce qui permet de retrouver « BLESS » .

Alors « God bless you » , que Dieu vous bénisse…

* Du prieuré à SION

La direction « historique » , le tracé est celui que l’on retrouve dans tous les documents relatifs à cette énigme.

Elle commence au prieuré d’Arques , et se termine à SION c’est-à-dire à LavalDieu.

Le document le plus ancien est la page grecque du codex Bezae consacré à Jean XII ( dont on ne trouve aucun lien dans Vigouroux ). Entre le IV et le Xeme siècle seuls les prêtres initiés en connaissaient l’existence. Peut-être a-t-il été crée au prieuré d’Arques à une époque où des prêtres découvrirent ce qui se tramait « aux granges de la bénédiction Dieu ».( https://recharc.fr/codex-bezae-2/ )

Puis il y a eu le texte de la dalle, probablement enrichit plus tard par l’inscription grecques « ET IN ARCADIA EGO » ( https://recharc.fr/dalle-2/ )

Au XVIIeme siècle le tableau des bergers d’arcadie ( l’arcadie ou la vallée des Dieux ) la représente sous la forme d’un bâton.

Quand le secret s’est déplacé à Rennes le château, la stèle a repris cette direction sous la forme d’un alignement de lettre M , M pour IVI et peut être déjà à cette époque M pour MILIEV. Une nouvelle direction est alors apparue, celle évoquée par l’alignement de lettres T . ( https://recharc.fr/stele/ )

Le petit parchemin crée par Boudet en a repris la logique  ( https://recharc.fr/le-petit-parchemin/ )

et l’abbé la représenta dans LVL Celtique quand il construisit la croix de Dieu (https://recharc.fr/la-croix-de-dieu/ ) .

C’est certainement à cette époque que fut gravée en latin la pierre de Coumesourde qui reprenait les inscriptions anciennes, mais faisait référence aux deux Rennes par leurs appellations de la fin XIXeme.

Voici donc expliqué le secret des prêtres, du prieuré jusqu’à SION ….

[Enter code here]

Post Navigation