LVL dévoilée.

Dans l’étude des deux derniers chapitres nous avons mis en évidence comment l’abbé Boudet évoquait le tracé de trois croix ainsi que d’un carré et son arc associé. C’est en utilisant des mots-relais, des synonymes, des homonymes et des mots inclus anglais et français qu’il parvient à désigner un endroit particulier de son cromleck imaginaire : Lavaldieu.

Une lecture sérieuse de LVL Celtique permet de faire un constat indiscutable :il est totalement incompréhensible que l’abbé n’explique pas à sa façon ce lieu. En effet, il a consacré tout un chapitre à Dieu dont il en est le représentant sur terre, et pourtant il passe sous silence ce lieu situé au Sud-Ouest du cromleck qui offre l’immense avantage d’inclure le mot « Dieu » dans son patronyme. De plus les trois croix symboliquement plantées sur ce lieu ( voir études sur les croix ), mais aussi le titre du livre dont les initiales évoquent le palindrome LaVaL, sont des éléments qui démontrent l’importance de ce hameau, mais ce ne sont pas les seuls arguments.

Dans mes recherches je m’étais aperçu que certains mots-relais différents trouvaient leur origine dans une même définition. J’ai donc pensé qu’une poignée de mots étaient probablement à l’origine de tous les autres. Je les ai cherchés « en remontant » les différentes définitions et je les ai trouvés. L’un d’eux est très logiquement « Dieu », et les autres sont principalement liés à l’industrie textile. Il me fallait donc reprendre « le chemin logique » emprunté par l’abbé Boudet afin de vérifier cette hypothèse, j’ai donc postulé que les mots à l’origine de tous les autres étaient Dieu et Laval.

En relisant le chapitre II, il est très facile de constater que beaucoup de définitions présentes dans l’ouvrage sont bien dérivées du mot « Dieu », la première partie du document suivant vous permettra de le vérifier :

LAVAL DIEU définitions

Par contre qu’en était-il pour Laval ? Ce mot n’étant pas un nom commun, il ne figurait pas dans le Saddler, seul un dictionnaire courant pouvait proposer une solution.L’abbé était un homme très cultivé et il savait très bien qu’en Bretagne la ville de Rennes ( département 35 ) fait face à celle de Laval ( département 53 ), et que cette symétrie se retrouvait dans son cromleck. En effet, Rennes les Bains fait bien face à LavalDieu. Je suis persuadé que très rapidement il eut l’idée d’identifier LavalDieu à Laval chef-lieu de la Mayenne. Depuis bien longtemps la ville de Laval est connue pour ses industries textiles et c’est sur cette caractéristique que l’abbé va construire son énigme.

( https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_du_textile_%C3%A0_Laval )

L’un des ouvrages qu’il consulta se trouve cité en page 214 de LVL Celtique, il s’agit du Dictionnaire de Géographie, de Hyacinthe Langlois mais ce n’est certainement pas le seul. Voici ce que l’on peut y lire :

Le premier mot important du texte ci-dessus est Mayenne, il représente à la fois le département et la rivière qui traverse la ville mais surtout il commence par la prononciation « maille » [mâ-ye] , c’est-à-dire ce qui constitue l’unité de base d’un tissu. Par extension, tout objet « maillé » va représenter Laval, ce sera le cas pour un tamis, une voile, une natte, un blutoir etc…On comprend alors pourquoi l’abbé adapte les textes bibliques à sa façon et « transforme » le pasteur Abel en tisserand :

page 43

Abel recueillait les belles toisons de son magnifique troupeau ; sa main filait la laine soyeuse, et ces fils entrelacés, formant et la chaîne et la trame, lui donnaient un excellent tissu dont il se pouvait vêtir, – abb,trame de laine, – to ell, mesurer

Cette définition d’Abel explique la technique de l’abbé, il associe dans un même mot ( ici Abel ), un mot provenant de LAVAL ( ici abb=la trame de laine ) à un autre issu de DIEU ( ell=mesurer ).

Il confirme un peu plus loin par :

page 44-45

Les tissus de laine fabriqués par Abel ne reparaissent plus dans le nom des premiers hommes et cèdent la place à la mention des ouvrages de fer et de bronze. Il ne faut pas descendre fort longuement dans la généalogie des enfants d’Adam pour y rencontrer la science des métaux, car Malaleel, – to mall frapper avec un maillet, – to allay (allé) mélanger les métaux, – to ell, mesurer, – était l’arrière petit-fils de Seth.

To mall est issu de LAVAL, to allay l’est aussi ( inclusion de Lay , mot très important dont je reparlerais après ), puis enfin to ell issu de DIEU. Nous comprenons maintenant le choix des quatre mots traduits à la fin de la page 11 ( le son, la bruyère, nettoyer et l’aune ).

chevallet

Parfois certains mots auront les deux origines et seront particulièrement utilisés et déclinés par l’abbé. C’est le cas de to pall et de ses homonymes ; pale , to pale, to pall, pâle …

D’abord Pall est associé à mall ( la maille ) dans le mot pall-mall, mais surtout il représente deux types de tissu ayant une signification forte aux yeux de l’abbé. Il y a d’abord le pallium, tissu porté par l’évêque . Rappelons qu’avec sa cathédrale de la Sainte Trinité Laval est un évêché . Ce tissu est en laine blanche d’agneau sur lequel figurent les cinq croix pattées, symboles des plaies du Christ.

Ensuite c’est un drap mortuaire et offre ainsi l’avantage de présenter le côté « tissu maillé » mais aussi d’évoquer la mort. De plus LAVAL était réputé pour ses bateaux-lavoirs et ses blanchisseries. La décoloration ( rendre pâle ) et le lavage qui reprend la moitié du palindrome LAV sont issus de LAVAL. Enfin to pall signifie aussi « rassasier » que l’on retrouve dans to sate ( voir Saddaï page 31 ) qui est issu de DIEU.

Par exemple le mot anglais Pale : la palissade , le pieu sera utilisé dans des chapitres importants. Le mot Pal inclus dans to appal = effrayer, et le synonyme de pilotis pile ( et les dérivés : to pill , to pile , pile etc..) permettront d’évoquer des pilleurs réputés et des amas particuliers.

Poursuivons la lecture de l’article…

LAVAL est le siège d’une cour d’assises. « assise » sera utilisé cinq fois dans les deux derniers chapitres, son synonyme « banc » se retrouvera en pages 303,116,117 et 133. Mais le plus intéressant est le mot « cour », car il dérive de LAVAL ( sot cour ) mais aussi de DIEU ate, hate , se hâter , se précipiter ( presser, fouler, etc.), heat = course ( hit, to eat dérivé de DIEU).

L’erreur sur SOT COUR est particulière, car to scour signifie nettoyer mais aussi LAVer. On remarque que le SOT du début est l’inversion de TO S qu’il faut rajouter à COUR pour obtenir TO SCOUR.Le palindrome LAVAL s’explique par cette même inversion LAV-VAL. S’il n’y avait que cette hypothèse, elle ne vaudrait pas grand-chose, mais elle confirme ce que LVL Celtique explique de la première à la dernière page.

On comprend mieux « l’obsession » de l’abbé à placer dans le texte le verbe to excite (to goad= god=Dieu )qui est un synonyme de to LAVe, mais aussi de to arouse qui définit le réveil et la résurrection que l’on retrouve dans l’avant-propos du livre, en compagnie d’une paire de « LAngue Vivante » dont l’une est en majuscule.

Il n’est pas possible d’expliquer toutes les définitions du livre ici, mais le tableau suivant vous permettra de découvrir une liste non exhaustive de mots utilisés dans LVL Celtique et relatif à LAVAL. On peut donc constater qu’en très grande partie, les définitions sont issues des mots LAVAL et DIEU.

mot

Définitions anglaises

Synonymes

Homonymes

inclus

TISSER

va. and n.to weave, to lay the groundwork of lace, to twist, to plait.

To WEAVE,va. tisser, entrelacer, faire un tissu ; mêler.

To LAY, va. Mettre, placer, poser; coucher; peindre; calmer, apaiser; projeter, former, tramer; renverser To lay along, étendre par terre.- To lay apart, mettre de côté, rejeter.- To lay aside, mettre de côté.- To lay away, ôter, mettre de côté, se dépouiller de.-To lay before, montrer, faire voir, déployer, exposer à la vue.- To lay by, serrer, garder, mettre de côté. –To lay claim to, réclamer, prétendre à.-To lay down, mettre bas, déposer; avancer, mettre en avant.To lay oneself down, se coucher, se reposer.To lay down one’s life, en répondre sur sa tête to lay forth upon , s’étendre sur To lay hold of, saisir, empoigner.-To lay in, amasser, thésauriser.- To lay

in provisions, faire ses provisions.To lay on, répandre sur; employer, appliquer; mettre sur compte de, imputer.-To lay upon, montrer, expliquer, exposer aux regards. – To lay out, dépenser,donner, employer; déployer, découvrir; disposer, distribuer.- To lay out oneself, se mettre en évidence,se mettre en avant ; faire ses efforts.- To lay over, incruster, couvrir d’une couche.- To lay to, imputer; attaquer.To lay together, mettre ensemble, réunir.- To lay up, retenir dans le lit ou confiner dans la chambre; amasser, thésauriser, mettre de côté.-To lay upon ou on, imposer, enjoindre.- To lay the dust, abattre la poussière.-To lay the foundations, jeter les fondements.-To lay an ambush, dresser des embûches.-To lay a snare, tendre un piége.-To lay asleep, endormir.To lay the fault ou the blame on, accuser, rejetez-le blâme sur.-To lay a wager, gager, parier.- To lay a tax, mettre un impôt.-To lay waste, ravager, dévaster, saccager.-To lay hands on ou to, mettre la main sur ou à.-To lay to heart, avoir ou prendre à cœur.-To lay eggs, pondre.

To LAY, vn. pondre ; projeter. Former un dessein.-To lay about, frapper de tous côtés, faire tous ses efforts.To lay asleep, être endormi.-To lay at, viser à; frapper.-To lay in for, faire des démarches.-To lay on, frapper, agir avec vigueur.-To lay out, prendre des mesures.

LAY : prétérit de to lie.

To LIE, vn. reposer, être couché ;être, rester, demeurer, résider ; être situé ou placé ; être imputé ; consiste…se reposer, se tromper, Here lies, ci-gît, ici repose.

Tableau de Poussin : apaiser, paix..

allay, clay

laid

placer : place publique

to lamb

amas, assemblée, mass

to dole

to pile

to sack

pall

to con : apprendre par cœur , commander (to head)

Poussin

frapper :

to jut

to hit ( heat )…

to pall=abattre

ell ,bezel

tourmenter, embarrasser :

tease, ease fus , maze ,burden,hag,rack

to gull, to balk..

MAIL

[ma-ye]

sm. mall, pall-mall, a mallet, the game of mall.

MAILLE

[mâ-ye]

, sf a stitch: a mash or mesh : a mail, a link. – Cotte de mailles,coat of mail.– N’avoir ni sou ni maille,to be very poor, not to be worth a groat.– Un pince-maille,

a stingy fellow.– Maille à partir, a quarrel.

MALL, s. mail, m. maillet, m. espèce de marteau.

To MALL, va. Frapper avec un maillet.

PALL-MALL, s. paille-maille, jeu de mail, m.

To PALL[pâul], va. Rendre insipide; abattre, affaiblir, rassasier.

To PALL, vn.s’éventer, devenir insipide, fade.

PALL,s. manteau de cérémonie; pallium m. l’ornement d’un évêque; un drap mortuaire.

To PALE, va. Pâlir, rendre pâle ; palissader, entourer, enclore.

PALE, s. pieu, m.; palissade , f. pilotis, m. enclos,m. enceinte,f. sphère,. – To be out of the pale of the church, être hors de l’église.

To APPAL,va. épouvanter, effrayer, décourager.

MASH, s. breuvage pour les bestiaux dans lequel on a mêlé du son, de la farine, etc.; la maille d’un filet.

To MASH, va. Mêler, mélanger; écraser.

MESH, s, la maille d’un filet.

To MESH,va. prendre au filet.

Frapper :

hit ,heat,eat

[âu]

vault , ball , rawhed, raw, maule, balk, hawk, salt, jaw, want, war, claw, hall

pilotis:

pile,pill,piller…

(p217)

Fouler,foule

rush,sean

LAV

LAVER, va. to wash,to clean.Laver

des couleurs, to dilute colours in water.-

To LAVE, va. Laver, baigner, mouiller; soulever, élever en haut.

To LAVE,vn. se laver,se baigner.

LAVER, s. cuve, f. bassin, m. lavoir, m.

To WASH, va. et n. laver : nettoyer ; baigner, passer auprès.- To wash away, enlever, emporter.

WASH, s. lavage,m. lessive,f. L’action de laver; lavure, f; marécage , m.marais,

To CLEAN, va. nettoyer.

To CLEAR, va. Éclaircir, rendre brillant: expliquer, rendre clair; acquitter, liquider, absoudre; purger, nettoyer; purifier, clarifier; gagner, avoir un profit net de.

TO CLEAR UP ; s’éclaircir.

To SCOUR, va. écurer, nettoyer, laver; dégraisser , décrasser; purger; raser, effleurer, ne toucher que légèrement , écumer. – To scour the seas of pirates, chasser de la mer les pirates.

To SCOUR,[skaour] vm. écurer, nettoyer, laver;se purger. avoir le cours de ventre ; rôder , errer çà et là ; courir.-To scour away, s’enfuir.-T’o scour on the seas, errer sur les mers; faire le métier de pirate.

SOT COUR ( LVL Celtique page 21 ) :

To SOT, vn. boire jusqu’à perdre la raison, devenir hébété à force de boire; riboter.

COURT, s. cour,f :un palais ;une cour de justice; espace découvert dépendant d’une maison ; les courtisans ; passage, m.cul-de-sac, m.-

To COURSE, va. Poursuivre, chasser.To course ahare , courre le lièvre.

To COURSE, vn. rôder, courir.

COUR, sf. a court, a court-yard.

SOULEVER, va. to lift, to raise up,to cause an insurrection : to excite in dignation

ELEVER (S’), vr. to rise,to arise, to ascend,to go up,to move upwards : to rise,to grow proud or elated.

[aou]

how ,hour , row , shower , scowl , down , cow , ouch , house , amount , haound ,

ERRE, sf.space, course.

To ERR, vn. errer, aller çà et là; s’égarer, se tromper.

cheveux, héritiers :

hair, her,errer

to excite

TRAME

sf. the woof, warp, weft : a plot, conspiracy. – Ourdir une trame, to contrive a plot.

TRAMER

va.to weave,to plot,to hatch, to contrive.- Tramer une conspiration,to hatch a conspiracy.

WARP, s. chaîne, f. fils tendus sur le métier pour faire de la toile, du drap ;(mar.) touée, f. corde, f

To WARP, va. Ourdir, détourner, faire changer de cours , écarter ; faire friser : vm. se déjeter, se cambrer; se détourner, s’écarter.- To warp up a ship, touer un vaisseau.

WOOF, s. la trame d’une étoffe.

WEFT, s. la trame du drap; tissu,m.; droit d’épave, épavité, f.

PLOT, s. morceau de terre, champ, m.; complot, m. projet,m.; dessein, m.; profondeur de pensée; conspiration, f; plan ou intrigue d’une pièce dramatique, etc.-The ground plot of a : l’emplacement d’un bâtiment.-The unravelling of a plot, le dénouement d’une intrigue.– A man of much plot, une

forte tête , un homme d’une grande profondeur de pensée.

To PLOT, va. et n. comploter, conspirer; tramer, concerter, machiner.

COUTIL

sm. ticking, canvass-ticking, drill, duck

TICK, s. taille où l’on marque ce qui est dû; crédit, m.; tique, f. genre d’insectes qui s’attachent à la peau des animaux; coutil, m. toile qui enveloppe la plume d’un lit, toile à matelas.

To TICK, vn. prendre à crédit, faire crédit; faire tic tac comme une horloge.

ASSISES

ROW : ramer, rangée,vacarme ,cour de justice

Banc, row,raw,

bench

courir:hare

Même si le nombre de mots issus des définitions principales ( tisser, maille, laver ) paraît important, il ne suffit pas à compléter toutes les définitions du livre et c’est pour cette raison que l’abbé utilisera des mots contenant le même son sans être des homonymes parfaits ( aï, iou , aou, âu pour les principaux ). Les plus utilisés seront [ aï] et [iou] car ils mettent en évidence le palindrome IVI =M .

page 34:

Le premier i s’écrivant toujours par un I majuscule représente le nominatif singulier de la première personne je ou Moi et se prononce aï. Le second i, ye qui se prononce yi, correspond au nominatif pluriel de la seconde personne Vous

Comme promis je reviens sur l’un des mots. Il revêt une importance particulière aux yeux de l’abbé, car il lui permet d’utiliser un nombre considérable de synonymes dans le livre, c’est le verbe to lay ( et le prétérit de to lie = se reposer ) .On le retrouve sous sa forme homonymique « laid » dans la définition des cugulhous que l’on trouve dans « la croix de Dieu » ( la croix la plus importante aux yeux de l’abbé ), mais aussi dans le paragraphe réservé à l’arche d’alliance. Alors faut-il penser que … ?

Ce mot sera peu décliné, mais on peut remarquer l’utilisation du verbe to allay ( Aleth, allay ) précédemment cité. On le retrouve dans le paragraphe V associé aux définitions de cheVAL (Dariorigum : le demi-cheVAL,cobhains et Carnac ) où il sera progressivement évoqué par les homonymes « allées » ( page 154 Carnac puis page 156 Locmariaguer ) . Nous verrons qu’il permettra d’évoquer le lieu symétrique des Artigues, et surtout la salasse.

* En conclusion

LAVAL , la ville de Guy ( chap IX : le Guy sacré ) est bien le mot qui associé à DIEU qui permet de comprendre la logique de LVL Celtique. Cet ouvrage n’est pas une compilation de définitions ou chacun peut à sa guise choisir celle qui lui plaît pour expliquer ce qu’il veut, c’est un ensemble cohérent qui a sa logique, et je viens de vous l’expliquer.

Comments are closed.

Post Navigation