* Introduction

C’est une énigme que j’apprécie particulièrement au point de m’en être servi comme « fil rouge » dans le roman que j’ai écrit (Roman ). Dans ce dernier, Hubert Vigon personnage clé de l’intrigue se rend à Shugborough Hall en compagnie du chevalier d’éon envoyé en mission par Louis XV dans le but de percer l’énigme du tableau de Poussin. Après avoir rencontré la veille les membres de la Lunar Society dont Adam Smith, économiste et figure tutélaire du libéralisme ( théorie dévoyée qui cherche à faire passer l’égoïsme pour de la liberté ), il empêchera que le grand secret tombe aux mains du roi. C’est aussi par lui que le roman tente de répondre à la question de la prédestinée. Ainsi à l’image d’une goutte d’eau qui se charge en éléments minéraux au cours de sa progression dans les interstices de la roche, sommes-nous des êtres humains qui s’enrichissent humainement au cours d’une vie, mais qui ne font que suivre une route tracée par d’autres ou par Dieu ? Y a-t-il quelque part un « maître des échecs » qui nous laisse croire que nous décidons seuls de nos actions alors qu’en fait il nous mène là où il le souhaite sans que nous nous en rendions compte ? Alors qui des Jésuites ou des jansénistes détient la vérité ? Comme souvent, il n’y a pas de réponse simple….

* Historique

Le monument, commandé par Thomas Anson , a été construit entre 1748 et 1756.À l’intérieur du portique se trouve une arche rustique, qui encadre un relief façonné par le sculpteur flamand Peter Scheemakers. Pour plus de détails, consulter le lien suivant : Shugborough Hall

* Description

le tableau

On y voit le tableau de Poussin inversé et réinterprété. Sur le premier tombeau se trouve un sarcophage à l’image de celui présent dans la première version des Bergers d’Arcadie. Posé dessus le crâne est ici remplacé par ce qui pourrait être une pyramide.Le mot « EGO » composé de trois lettres est ici séparé du reste de la phrase, contrairement à l’original. Juste à côté de ce mot, le berger barbu montre deux lettres ( N et R ) avec l’index et le pouce ( deux lettres séparées dans l’alphabet de trois lettres:OPQ ).

l’ensemble de lettres

On trouve un premier groupe de huit lettres centré horizontalement, suivi d’une deuxième ligne où se trouvent les deux lettres D et M. L’inscription est centrée horizontalement mais pas verticalement, il reste donc assez de place pour inscrire une troisième ligne.

On dénombre neuf points, chaque lettre est suivie d’un point sauf la dernière lettre de la première ligne (V) .Enfin on peut noter dans la première ligne, la présence remarquable de deux palindromes de 3 lettres ( O,U,O et V,A,V ).

* Interprétation

Lettres D et M

Les lettres de la deuxième ligne, DM, étaient couramment utilisées sur les tombes romaines pour représenter Dis Manibus , signifiant « dédié aux ombres ».C’est un peu près la seule chose commune dans toutes les interprétations réalisées sur cette énigme.

Il faut noter que dans l’alphabet anglais ou français ,la lettre D est séparée de la lettre M par huit lettres, ce sont les lettres E,F,G,H,I,J,K,L. On constate donc que par deux fois l’auteur de l’énigme évoque ce nombre de huit lettres.

Les deux palindromes

Ils sont remarquables, car ils représentent un cas rare dans un tirage aléatoire de huit lettres, le logiciel suivant permet de le vérifier : tirage aléatoire .

En élément inscrire les 26 lettres de l’alphabet séparées de virgule, nombre d’éléments à sélectionner par tirage 8 , avec remise, N=100. La fréquence pour un seul palindrome obtenu est d’environ 16/100, mais je n’ai pas eu le cas de deux palindromes pour 100 tirages. Il faudrait répéter l’opération plusieurs fois pour ajuster les résultats.

la combinaison des deux lignes

Le résultat obtenu est le suivant :

D . O . U . O . S . V . A . V . V       M .

On remarque l’absence de point entre la neuvième et la dixième lettre ce qui a pour effet de séparer l’ensemble en deux parties : neuf lettres ( neuf points …) suivi par l’unique lettre M.

Ce groupe de neuf lettres est formé de trois trios de lettres : les deux palindromes de trois lettres ( OUO et VAV ) et les trois lettres résiduelles ( DSV ) qui encadrent de façon symétrique les deux palindromes.

La clé de l’énigme

Nous avons vu que l’auteur de l’énigme semble accorder une importance particulière à la place des lettres de l’alphabet ( voir Lettres D et M ) ,comme c’est souvent le cas dans les énigmes réalisées à partir de lettres ( voir le grand parchemin ). Voici ce que l’on peut en déduire si l’on s’intéresse aux deux palindromes ( O=15 , U=21 , A=1 , V=22 ):

Deux lettres V en tête bêche apparaissent. On comprend alors pourquoi que dans la gravure ces deux symboles sont particulièrement mis en évidence, notamment en faisant apparaître la forme triangulaire d’une pyramide .

La clé étant trouvée il reste à interpréter le reste des informations : deux fois la valeur 8 et la troisième ligne manquante .Alors pour les trois trios de lettres construisons trois tableaux composés de trois lignes. Complétons les tableaux en ajoutant 2X8 à chaque lettre puis déposons la clé V sur chaque tableau, à l’envers comme dans le cas de la pyramide pour les deux palindromes et à l’endroit pour le tableau des lettres résiduelles.

Exemple chiffré de la première colonne:  O = 15 , 15+8 = 23 = W , 23+8 = 31, 31-26 = 5 = E

L’alphabet utilisé est anglais, à cette époque il contenait bien la lettre W contrairement à l’alphabet français .

Nous obtenons les lettres EUELALDIV anagramme de LE VALDIEU ( seule solution possible , essayez avec anagramme ) .

L’énigme du tableau de Poussin repose sur la forme des cours d’eau présents dans la vallée de LA VALDIEU ( voir roman).Pour les Anglais, un ruisseau, un fleuve ou un objet en général n’a pas de genre, ce qui pourrait expliquer la présence d’un LE au lieu d’un LA, mais surtout si la solution imposée est LAVALDIEU alors l’un des deux palindromes disparaît, ce qui rend l’énigme beaucoup moins compréhensible.

D’une façon générale cette énigme explique que LE VALDIEU c’est M soit IVI. La lettre A est presque une lettre V inversée, et ces deux lettres se retrouvent de façon symétrique dans le palindrome LAVAL que l’on peut distinguer sur la sculpture, d’où le choix de la clé.

Remarque:

Sur les trois ensembles de lettres obtenus ( EKE , LTL , RIL ), deux ont une signification en anglais. Il y a EKE que les Boudétistes connaissent : eke = outre, de plus et to eke = augmenter, perfectionner, prolonger, allonger. Mais le plus intéressant est RIL ,car les seuls mots qui commencent par RIL sont : rill : ruisseau, petit cours d’eau ; to rill = ruisseler, couler ; rillet = petit ruisseau ; rilly = abondant en ruisseaux, en sources.

RIL est directement en relation avec le Valdieu.

LTL n’a bien entendu aucun sens mais VAV qui est le palindrome à l’origine de ces trois lettres, prend la forme de AVA quand on le retourne.Combiner AVA et LTL permet d’obtenir LAVAL et T, T étant la lettre évoquée dans le tableau de Poussin. Cette possibilité n’a absolument pas force de preuve, mais elle donne un sens si l’on accepte LAVAL pour solution.

* Le but de cette représentation

Il n’est pas d’offrir la solution à celui qui serait capable de résoudre cette énigme, mais de dire aux initiés « moi aussi je connais où se trouve la vallée de Dieu » ou peut être même « moi aussi je suis allé dans la vallée de Dieu » : ET IN ARCADIA EGO IVI .

[Enter code here]

Post Navigation